Strange Paths
Nous sommes le 21 Octobre 2014 03:07 UTC + 1 heure



 


Message baptiste R le 05 Janvier 2007 23:07

Salutations,
Je découvre avec plaisir l'ouverture de ce site et de son forum pleins de promesse (la réédition du trip spéculatif sur les solutions aux problèmes de la mort de l'univers m'a mis en appétit).
Comme je m'en voudrais d'arriver les mains vides et comme il semble que le créateur de ces lieux a quelque goût pour Leibniz, je me permets de vous proposer ces quelques lignes. Elles ne sont pas précisement d'ordre scientifique mais je les trouve curieuses et dignes de lecture.

Voici :

"Quand je considère combien nous avons de belles découvertes, combien de méditations solides et importantes, et combien se trouvent d’esprits excellents qui ne manquent pas d’ardeur pour la recherche de la vérité, je me dis que nous sommes en état d’aller plus loin, et que les affaires du genre humain, quant aux sciences, pourraient en peu de temps sublimement changer de face. Mais quand je vois, par ailleurs, le peu de concert des desseins, les routes opposées que l’on suit, l’animosité que les uns font paraître contre les autres, qu’on songe plutôt à détruire qu’à bâtir, à arrêter son compagnon qu’à avancer de compagnie, j’appréhende que nous ne soyons pour demeurer dans la confusion et dans l’indigence où nous sommes par notre faute. Je crains même qu’après avoir inutilement épuisé la curiosité sans tirer de ces recherches aucun profit considérable pour notre félicité, on ne se dégoûte des sciences, et que les hommes par un désespoir fatal, ne retombent dans la barbarie. À quoi cette horrible masse de livres, qui va toujours en s’augmentant, pourrait contribuer beaucoup : car enfin le désordre se rendra presque insurmontable.

La multitude des auteurs, qui deviendra infinie en peu de temps, les exposera tous ensemble au danger d’un oubli général. L’espérance de la gloire, qui anime bien des gens dans le travail des études cessera tout d’un coup. Il sera peut-être aussi honteux d’être auteur que cela était honorable autrefois. Tout au plus s’amusera-t-on à des livres horaires qui auront peut-être quelques années de cours et serviront à divertir pendant quelques moments un lecteur qui veut se désennuyer, mais qu’on aura faits sans aucun dessein d’avancer nos connaissances ou de mériter le goût de la postérité. On me dira qu’il y a tant de gens qui écrivent qu’il n’est pas possible que tous leurs ouvrages soient conservés. Je l’avoue, et je ne désapprouve pas ces petits livres à la mode, qui sont comme les fleurs d’un printemps ou les fruits d’un automne qui ont de la peine à passer l’année. S’ils sont bien faits, ils font l’effet d’une conversation utile : ils ne plaisent pas seulement, ils empêchent les oisifs de mal faire, et servent encore à former l’esprit et le langage. Cependant, il me semble qu’il vaut mieux pour le public bâtir une maison, défricher un champ, ou au moins planter quelque arbre fruitier ou d’usage, que de cueillir quelques fleurs ou quelques fruits. Ces divertissements sont louables, bien loin d’être défendus; mais il ne faut pas négliger ce qui est plus important. On est responsable de son talent à Dieu et à la république."

Source



Message xantox Site Admin le 07 Janvier 2007 20:52

Citer:
Je crains même qu’après avoir inutilement épuisé la curiosité sans tirer de ces recherches aucun profit considérable pour notre félicité, on ne se dégoûte des sciences, et que les hommes par un désespoir fatal, ne retombent dans la barbarie. [..] On est responsable de son talent à Dieu et à la république.

Texte particulièrement lucide qui appelle une réflexion sur la dimension éthique de la connaissance.

La principale raison sociale du développement de la recherche scientifique est en effet la technologie, c'est à dire le moyen de tirer d'une telle connaissance "un profit considérable pour notre felicité". En ce sens, on peut concevoir des objectifs scientifiques tellement éloignés de toute application et de toute expérimentation que la confusion y soit irrémédiable, le dogmatisme tendant à occuper les lieux encore inaccessibles à la raison.

D'autre part, les mathématiques n'ont pas vraiment été affectées par cela, il n'y a pas eu de "guerres" théoriques sur le terrain des mathématiques, si ce n'est que sur des problématiques d'attribution ou de priorité (et là Leibniz avait un différend violent avec Newton) et les mathématiciens savent communiquer en accord et avancer sans finalité ultérieure à la théorie elle-même.

On peut par là considérer que notre felicité individuelle pourrait se constituer par notre même activité de connaissance du monde physique, sans autre finalité, mais que ceci impose une confrontation nouvelle entre soi et le monde, où l'on devient nécessairement "responsable" devant le monde.




Afficher les messages précédents:  Classer par  
Rédiger un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourants ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas insérer des pièces jointes

Rechercher pour:
Sauter vers:  
cron

Copyright 2006-2008 Strange Paths, all rights reserved.