Strange Paths
Nous sommes le 25 Avril 2019 18:53 UTC + 1 heure



 


Message art_dupond le 14 Décembre 2007 03:54

Un célèbre reporter rapporte qu'on peut voir dans la célèbre œuvre d'Hergé peinte dans un cône de lumière, la création de paires particulières. On pourrait même y voir des objets se trouvant à plusieurs endroits en même temps.
Ces visions apparaitraient en imaginant des lignes coupant la lumière (sans pour autant l'éteindre, ou peut-être que si) et en changeant d'angle de vue.

J'arrive bien à voir tout cela, mais je ne comprends pas qu'on puisse impunément couper la lumière. Cela me semblait pourtant interdit par la loi !
Il me semblait de plus qu'il n'était pas possible de remonter le temps.

D'un autre côté, il s'agit là du monde d'Hergé et il pourrait être différent de celui que je crois connaître.
Est-ce le cas ? Peut-on effectivement y faire des "excès de vitesse" ou remonter le temps grâce (ou pas) au pendule de Tryphon ?

Je me le demande...








ps: Je tâcherai des mettre des photos prises lors de ma visite à Moulinsart pour éclairer l'article cité.





je suis neuneu ! n'est-ce pas ?

_________________
oui oui



Message art_dupond le 14 Décembre 2007 14:48

voilà les photos :)


Image
On voit sur cette photo une trajectoire banale, si ce n'est qu'elle coupe la lumière...

Image
Dans ce référentiel qui prime, on voit :
- soit un retour dans le temps, avec par instant la particule à deux endroits en même temps.
- soit une création de paire en B, une (anti-)particule allant s'annihiler en C avec la particule partie en A, et l'autre allant vers l'infini et au delà.


Le truc c'est qu'on me dit que ça ne pose pas de problème que la trajectoire "coupe la lumière" (du moins en RG). Est-ce vraiment le cas ? Pourquoi ?


Merci :)

_________________
oui oui



Message xantox Site Admin le 15 Décembre 2007 01:57

art, j'ai pu comprendre ta question sans me droguer, mais je ne te garantis pas pour la prochaine fois.

Ta question est, pourquoi dans la théorie quantique des particules relativistes (dite théorie quantique des champs - à noter qu'il s'agit de RR, pas de RG, donc pas de Tintin), des particules (dites virtuelles) semblent violer la causalité (sans que ce soit le cas). En termes techniques, on dit que l'amplitude du propagateur n'est pas nulle en dehors du cône de lumière. Ceci signifie qu'il y a une probabilité non nulle d'avoir des particules qui vont plus vite que c.

Mais il faut à ce point se rappeler que ces particules ne sont pas des corps classiques, pour lesquels le principe de causalité peut être réduit à un ordre temporel. A la question, est-ce que une mesure effectuée en A peut affecter une mesure effectuée en B lorsque l'intervalle AB est spatial, la réponse en théorie quantique est que cela ne peut arriver lorsque le commutateur est nul. Dans la théorie de Klein-Gordon on peut démontrer que c'est effectivement le cas pour tout intervalle de type espace.

La différence est donc qu'en mécanique classique la propagation du corps correspond à la propagation causale, alors qu'en mécanique quantique l'ordre temporel est donné par le propagateur pendant que l'ordre causal est donné par le commutateur.

On peut comprendre ces "bizarreries" de manière plus simple en considérant qu'elles sont l'effet de corrélations non locales. Ces corrélations ne sont toutefois pas à même de communiquer un signal à v > c et ne dépendent pas de l'ordre temporel des deux mesures (voir aussi l'article sur la gomme quantique).



Message LokiLeFourbe le 16 Décembre 2007 20:24

Art :love10:
Déjà le sujet n'est pas simple, mais si en plus chacune de tes questions se transforme en énigme à déchiffrer :-D



Message art_dupond le 11 Janvier 2008 19:47

oui oui c'est bien de la RR. Mais j'avais lu ce truc dans une intro sur la RG et je me suis un peu emmêlé les pinceaux :jap:


Mais donc tout ceci serait possible pour des électrons ?
En fait, j'ai entendu parler d'une théorie qui dit qu'il n'y aurait pas "pleins" d'électrons mais qu'il n'y en aurait qu'un seul (ou, comment, combien "plein", je n'en sais rien), sauf que dans notre référentiel il oscillerait (un peu comme sur mon deuxième schémas, mais au lieu de remonter après B, il redescendrait, puis remonterait...).
Le truc, c'est que je n'ai rien pu trouver sur cette "théorie" ; mais elles est bien possible alors ?

_________________
oui oui



Message xantox Site Admin le 12 Janvier 2008 22:17

En théorie quantique des champs il y a des particules virtuelles de tout genre, y compris des électrons virtuels, toutefois ils ne sont pas en nombre de un.



Message art_dupond le 18 Janvier 2008 00:48

oki merci beaucoup :)


(et encore désolé d'inciter à la drogue, je ne recommencerai plus *ange*)

_________________
oui oui




Afficher les messages précédents:  Classer par  
Rédiger un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourants ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas insérer des pièces jointes

Rechercher pour:
Sauter vers:  
cron

Copyright 2006-2008 Strange Paths, all rights reserved.